Mon nombril est-il écolo ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - emballage

Fil des billets

mercredi, avril 7 2010

Le retour de l'éco-recharge !

Souvenez-vous des années 80. Vous étiez jeune, et vous vouliez sauver la couche d'ozone. Moi aussi !

A cette époque, après ma période "sauvons l'Afrique", je m'étais mis en tête, un jour, de sauver la planète. Sur les écrans de télé, on pouvait appercevoir un petit coin de nature vanter les bienfaits d'une lessive déjà pas si écolo que ça. Et dans les rayons des supermarchés, entre les bombes de déo sans CFC, et les paquets de lessive sans phosphate, on trouvait une invention des services marketing : l'éco-recharge (en fait, une invention vieille comme le monde).

Puis, sont venues les années 90. La mode n'était alors plus du tout à l'écologie (personnellement, j'étais dans ma période : "sauvons les banlieues").
La déferlante d'emballages a repris de plus belle, allant même jusqu'à ce qu'on appelle désormais le sur-emballage ("emballage individuel" en langage marketing).

suremballageLa mode écolo de la fin des années 2000 n'a pas encore eu beaucoup d'effets sur les emballages. J'ai pourtant le souvenir d'avoir vu Jean-Louis Borloo (ministre de quoi, déjà ?) sur le plateau du Grand Journal, déclarer vouloir faire la chasse au sur-emballage. Mais sa réforme, rebaptisée "taxe pique-nique" par ses détracteurs (pourtant dans le même camp politique, non ?) a été enterrée dans la même fosse que la taxe carbone. On suppose qu'elle n'est pas près d'en ressortir.

Alors, que nous reste t-il pour lutter contre le sur-emballage ? Il y a bien un groupe Facebook, nommé UN MILLION DE PERSONNES POUR UN TEXTE DE LOI CONTRE LE SUREMBALLAGE. Mais il ne compte pour l'instant que 100.000 membres.

Les raisons de se réjouir sont donc plutôt rares. Aussi, l'autre jour, dans mon supermarché, lorsque j'ai vu une éco-recharge, j'étais comme un gosse ! Un vrai retour en arrières de 20 ans. L'éco-recharge a agit sur moi, comme la madeleine de Proust (dont on suppose qu'elle n'était pas emballée dans un sachet individuel).
Il s'agissait de recharges pour le gel douche Sanex Zero. J'étais d'autant plus confiant que le logo Écolabel européen figurait sur l'emballage.

De retour à la maison, j'ai téléphoné à ma mère pour lui raconter mon exploit. Sans aucune arrière pensée, elle m'a répondu : "moi, je n'utilise pas de gel douche, mais simplement du savon dur (qui n'est pas issu de la pétrochimie). L'emballage est un simple morceau de carton".

Y'a pas de doute, en matière d'écologie, les anciens ont une longueur d'avance sur les services marketing !

--
Sur le même sujet, mon billet de 2006 : Etape no 2 « J’évite les emballages superflus »

lundi, août 31 2009

Quelle bière choisir ?

Sur son blog Pourquoi-Pas ? Ludo compare le cout énergétique d'une bouteille et d'une canette de bière. Le billet s'appelle "Question d'emballage", et je vous recommande sa lecture.